Executif summary

Résumé exécutif

Entre le 10 et le 16 novembre 2004 environ, le Nimitz Carrier Strike Group (CSG) opérait au large de la côte ouest des États-Unis en vue de son déploiement dans la mer d’Oman. L’USS Princeton a détecté à plusieurs reprises plusieurs véhicules aériens anormaux (AAV) opérant dans et autour du CSG. Les AAV descendraient « très rapidement » d’environ 60 000 pieds jusqu’à environ 50 pieds en quelques secondes. Ils planaient alors ou restaient stationnaires sur le radar pendant une courte période et partaient à des vitesses et des taux de virage élevés. Le 14 novembre, après avoir à nouveau détecté l’AAV, l’USS Princeton a profité de l’occasion d’avoir un vol de deux F/A-18F revenant d’une mission de formation pour enquêter plus en profondeur sur l’AAV. L’USS Princeton a pris le contrôle des F/A-18 de l’avion d’alerte précoce aéroporté E-2C et a guidé les F/A-18 pour une interception menant à un contact visuel à environ un mile de l’AAV, qui aurait été « un œuf allongé ou une forme de « Tic Tac » avec un axe horizontal médian discernable ». C’était « un blanc uni, lisse, sans bords. Il était « de couleur uniforme, sans nacelles, pylônes ou ailes ». Il mesurait environ 46 pieds de long. Le radar du F/A-18F n’a pas pu obtenir un « verrouillage » sur l’AAV ; cependant, il pourrait être suivi à l’arrêt et à des vitesses plus lentes grâce au système infrarouge prospectif (FLIR). L’AAV a pris des mesures d’évitement lors de son interception par le F/A-18, démontrant une capacité avancée d’accélération (G), d’aérodynamisme et de propulsion. L’AAV n’a entrepris aucune action offensive contre le CSG ; cependant, étant donné sa capacité à opérer sans contestation à proximité immédiate du CSG, il a démontré le potentiel d’effectuer une reconnaissance non détectée, laissant au CSG une capacité limitée à détecter, suivre et/ou engager l’AAV.

Évaluations clés

  • Le véhicule aérien anormal (AAV) n’était aucun avion ou véhicule aérien connu actuellement dans l’inventaire des États-Unis ou de tout autre pays étranger.
  • L’AAV présentait des caractéristiques avancées peu observables sur plusieurs bandes radar, rendant inefficaces les capacités d’engagement basées sur le radar américain.
  • L’AAV présentait des performances aérodynamiques avancées sans gouvernes visibles ni moyen visible pour générer de la portance.
  • L’AAV a fait preuve d’une capacité de propulsion avancée en démontrant sa capacité à rester stationnaire avec peu ou pas de variation d’altitude, passant à des vitesses horizontales et/ou verticales bien supérieures à celles de n’importe quel véhicule aérien connu avec peu ou pas de signature visible.
  • L’AAV a peut-être démontré sa capacité à se « masquer » ou à devenir invisible à l’œil humain ou à l’observation humaine,
  • L’AAV a peut-être démontré une capacité très avancée pour fonctionner sous la mer de manière totalement indétectable par nos capteurs les plus avancés.

Groupe aéronaval Nimitz (CSG-11)

Les événements suivants ont eu lieu lors de la préparation au déploiement du Nimitz Carrier Strike Group (CSG) au cours des mois de novembre et décembre 2004 dans la zone opérationnelle SOCAL au large des côtes de la Californie et du Mexique. Le CSG était composé des navires et sous-marins suivants : USS Nimitz (CVN-68), USS Princeton (CG-59), USS Chafee (DDG-90), USS Higgins (DDG-76) et USS Louisville (SSN- 724). Le Nimitz abritait le Carrier Air Wing 11 (CVW-11) composé de VMFA-232 (USMC F/A-18C), VFA-14 (F/A-18E), VFA-41 (F/A-18F), VFA-94 (F/A-18C), VAQ-135 (EA-6B), VAW-117 (E-2C), HS-6 (H-60) et VRC-30 Det 3 (C-2A). Les seuls participants aux événements entourant la détection et l’interception de l’AAV sont l’USS Princeton, le VAW-117, le VMFA-232 et le VFA-41.

USS Princeton (CG-59)

L’USS Princeton (CG-59) est un croiseur lance-missiles de classe Ticonderoga servant dans la marine américaine. Armée de canons navals et de missiles anti-aériens, anti-surface et anti-sous-marins, ainsi que d’autres armes, elle est équipée pour la guerre sol-air, sol-sol et anti-sous-marine. Elle abrite également deux hélicoptères Seahawk LAMPS. Le Princeton a été le premier croiseur de classe Ticonderoga à embarquer le système radar AN/SPY-1B amélioré.

AN/ESPION4

L’AN/SPY-1 est un radar à réseau phasé multifonctionnel avancé, de détection et de suivi automatique. Ce radar de grande puissance (4 MW) est capable d’effectuer simultanément des fonctions de recherche, de poursuite et de guidage de missiles avec une capacité de plus de 100 cibles. Il s’agit d’un radar multi-fonctions à réseau phasé capable d’assurer la recherche, la détection automatique, la transition vers le suivi, le suivi de cibles aériennes et de surface et l’assistance à l’engagement de missiles. Le système multiéléments contrôlé par ordinateur peut concentrer l’énergie là où elle est nécessaire. L’opérateur peut augmenter la portée et la résolution dans une direction particulière sans aveugler le navire face aux menaces venant d’un autre côté. Les quatre réseaux fixes de « SPY » envoient simultanément des faisceaux d’énergie électromagnétique dans toutes les directions, fournissant en permanence une capacité de recherche et de suivi de centaines de cibles en même temps. Le système radar multi-fonctions à réseau phasé unique SPY-1 remplace de nombreux capteurs indépendants conventionnels et est conçu pour les environnements et les missions les plus difficiles, y compris la recherche volumétrique à longue portée, le suivi de qualité du contrôle de tir et la défense antimissile balistique. La gamme de fréquences en bande S du SPY-1 permet des performances optimales dans les opérations tous temps et la capacité d’exécuter toutes les principales fonctions radar tout en fournissant simultanément un guidage à mi-course en bande S éprouvé pour les missiles semi-actifs, tels que le missile Evolved Sea Sparrow, SM-2 et SM-3.2

Détection de véhicules aériens anormaux (AAV)

L’USS Princeton faisait partie du groupement tactique Nimitz Carrier Battle Group, du 10 au 16 novembre 2004 environ, tout en complétant la disponibilité de la formation sur mesure des navires (TSTA) en vue de leur déploiement dans la mer d’Oman. Au cours du COMPTUEX, qui est une formation de niveau intermédiaire pour éléments du Nimitz Carrier Strike Group (CSG) avant le déploiement, le Princeton a détecté à plusieurs reprises plusieurs AAV opérant dans et autour de l’emplacement indiqué sur la figure 1. L’officier de contrôle des incendies _________ et son technicien, FCCS______ ont d’abord pensé que le les contacts faisaient partie de l’exercice COMPTUEX. Selon le chef principal ____. les AAV descendraient d’une très haute altitude dans le volume de balayage de l’AN/SPY-1 à grande vitesse. Le sommet du volume de numérisation placerait les AAV à plus de 60 000 pieds. Les AAV descendraient « très rapidement » d’environ 60 000 pieds jusqu’à environ 50 pieds en quelques secondes. Ils planeraient ensuite pendant une courte période et décolleraient à des vitesses élevées et à des taux de virage démontrant une capacité d’accélération (G) avancée. Le chef principal____a ajouté que sur la base de son expérience, qui s’étend sur 17 ans en tant que contrôleur de tir sur les croiseurs Aegis, l’AAV présentait des caractéristiques de missile balistique en référence à son apparence, sa vitesse et ses indications sur le radar. Étant donné que le radar était en mode pour gérer l’interception aérienne des avions conventionnels, il n’a jamais obtenu une trace précise des AAV et a été rapidement « lâché » par le radar, ce qui signifie qu’il a été éliminé par l’ordinateur pour réduire la quantité de fouillis sur le radar, comme toute autre fausse cible est traitée. Si le radar avait été configuré pour le suivi des missiles balistiques, il aurait probablement eu la capacité de suivre l’AAV. Ils ont été détectés à trois reprises au cours de la semaine, opérant au large de la côte ouest des États-Unis et du Mexique. L’officier tactique de l’air à bord du Princeton n’a pas pu identifier le contact radar et, compte tenu de la vitesse et de l’altitude élevées, il était perplexe. L’officier météorologique (METOC) à bord du Princeton a fourni un briefing sur un phénomène météorologique à haute altitude où des cristaux de glace peuvent se former et être détectés par l’AN/SPY-1. Le 14 novembre 2004, après avoir à nouveau détecté un AAV, deux F/A-18 en vol à proximité ont profité de l’occasion pour les charger d’une reconnaissance aéroportée de l’AAV.

Oeil de faucon E-2C

Le Grumman E-2 Hawkeye est un avion tactique aéroporté d’alerte précoce (AEW) tous temps basé sur un porte-avions américain. L’avion bi-turbopropulseur a été conçu et développé dans les années 1950 par Grumman pour la marine américaine en remplacement du E-1 Tracer. L’avion de la marine américaine a été progressivement mis à jour avec la dernière variante, l’E-2D, dont le premier vol a eu lieu en 2007. Le Hawkeye fournit des fonctions d’alerte précoce aéroportées tous temps ainsi que des fonctions de commandement et de contrôle pour le groupement tactique aéronaval. Les missions supplémentaires comprennent la coordination de la surveillance de surface, le contrôle des frappes et des intercepteurs, le guidage de recherche et de sauvetage et le relais de communications. Composant essentiel de l’escadre aérienne du transporteur, l’E-2C utilise des capteurs informatisés pour fournir une alerte précoce, une analyse des menaces et un contrôle de la contre-attaque contre les cibles aériennes et de surface. Il s’agit d’un avion à ailes hautes avec des éléments d’antennes empilés contenus dans un dôme rotatif de 24 pieds (7,3 m) au-dessus du fuselage.

Radar APS-145

Le radar de surveillance aéroporté AN/APS-145 est le radar d’alerte précoce avancé le plus fiable, le plus rentable et le plus puissant disponible. Ce système sophistiqué est le dernier d’une longue lignée de systèmes d’alerte précoce aéroportés de Lockheed Martin. Plus de 100 E-2C ont accompli près de 100 % de leurs missions, jour après jour, depuis plus de deux décennies. L’AN/APS-145 perpétue la tradition, en ajoutant plusieurs fonctionnalités importantes que l’on ne retrouve dans aucun autre radar de surveillance aéroporté.

  • Radar Doppler UHF haute puissance qui utilise une antenne rotative dans un radôme circulaire monté au sommet de l’avion.
  • La portée est supérieure à celle de n’importe quel radar de surveillance aéroporté au monde
  • Surveillera et suivra plus de 20 000 cibles simultanément
  • Les techniques sophistiquées d’évitement des brouillages et d’ECCM garantissent des performances inégalées dans les environnements EMI et de brouillage denses
  • Le traitement adaptatif du signal offre une détection et un suivi supérieurs des cibles dans des environnements cibles complexes
  • S’adapte automatiquement aux conditions de fonctionnement dynamiques sur des terrains variés sans intervention de l’opérateur

Détection de véhicules aériens anormaux (AAV)

Le 14 novembre 2004, le LT.__________ E-2C NFO était à bord du VAW-117 et en vol lors du contact. De plus, il était l’officier de la division avionique de l’escadron et serait responsable de tous les enregistrements RADAR, etc. Malheureusement, dans l’E-2C, il n’est pas courant d’engager un quelconque type d’enregistrement à moins qu’il ne soit pré-coordonné, ce qui n’est généralement utilisé que lors des tests aéroportés de nouvelles capacités, etc. Il n’y a eu aucun enregistrement de cet événement.

Le LT.__________ volait en tant qu’officier de contrôle aérien (ACO) lors de la mission au cours de laquelle l’AAV a été observé par le vol des F/A-18. Il contrôlait les F/A-18 qui volaient dans le cadre de leurs préparations avant le déploiement. Il n’a pas vu l’objet sur son radar (vidéo brute) jusqu’à ce que l’USS Princeton dirige le contact et donne à l’E-2 la direction générale pour diriger son radar. LT.__________ a d’abord pensé que le retour était une vague car dans un état de haute mer (4 ou plus), le RADAR E-2C peut réellement détecter les vagues.

De plus, la cible était si basse et le retour si faible que sans les apports de l’USS Princeton, le retour aurait été manqué/ignoré. C’était d’autant plus intéressant que l’USS Princeton avait initialement signalé que l’objectif se situait entre 15 000 et 20 000 pieds MSL. En raison du retour radar intermittent de la cible, la vitesse n’était pas disponible.

Bien qu’initialement demandé par l’USS Princeton de tenter de suivre l’objet, l’USS Princeton a pris le contrôle des F/A-18 et l’E-2C est resté en vol mais n’a plus été impliqué dans le contact ou le contrôle. Les chasseurs étaient contrôlés par l’USS Princeton pendant toute la durée du contact et de l’interception. L’équipage de l’E-2 à bord surveillait le réseau de contrôle de la défense aérienne (ADC) pendant le contact et était perplexe en écoutant tous les appels de fusion arrivant sur le réseau (typique de ce que vous entendriez lors de l’interception aéroportée d’un chasseur ennemi). Il était évident qu’il y avait quelque chose là-bas et les combattants prenaient cela au sérieux.

Reconnaissance aéroportée F/A-18 de l’AAV

Cette section fournit le débriefing des pilotes du F/A-18 et des opérateurs de systèmes d’armes (WSO) du VFA-41 qui ont pu établir un contact visuel et sensoriel avec l’AAV le 14 novembre 2004 à environ N31 20′ W117 10′. à environ 70 milles marins au sud de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, à 30 milles marins au large de la côte de Baja Mexico (Figure 1).

De plus, la déclaration fournie par le commandant (CO) du VMFA-232.

Suivi par le F/A-18C de la perturbation de l’eau

Pilote : Lt Col Douglas « Cheeks » Kurth USMC

Le lieutenant Co Kurth, commandant du VMFA-232, pilotait un F/A-18C monoplace qui a été lancé depuis l’USS Nimitz à environ 10 h 30 L pour effectuer un vol de vérification fonctionnelle d’un avion qui avait récemment effectué une maintenance importante. Il a noté que ce jour-là, le temps était bleu, sans nuages ​​et avec une visibilité illimitée. Après 30 minutes de vol, il a reçu un appel radio de son contrôleur aérien lui demandant d’enquêter sur un contact aérien non identifié. Ce n’était pas une demande standard. De plus, le contrôleur lui a demandé s’il avait des munitions à bord, ce qui était étrange puisque aucun contrôleur n’avait jamais posé cette question lors d’une situation d’identification d’un contact inconnu au-dessus du territoire américain ou international. Il a répondu qu’il n’avait aucune munition à bord. Le contrôleur a fourni des vecteurs à proximité de la figure 1. L’objet a été signalé comme étant à « vitesse lente et basse altitude ». En route, à environ 250 nœuds indiqués/400 nœuds de vitesse sol, à moyenne altitude (15-25 000 pieds), il a établi un contact radar avec ce qu’il croyait être deux F/A-18 qui s’approchaient de l’AAV depuis l’ouest à basse altitude. (500 à 5 000 pieds). Il n’y avait aucun autre trafic sur le radar. Le contrôleur l’a informé de rester au-dessus de 10 000 pieds, car d’autres chasseurs à basse altitude enquêtaient sur l’AAV. Alors qu’il s’approchait d’environ 15 milles marins de l’AAV, descendant environ 15 000 pieds, il a pu constater une perturbation de l’eau à la surface de l’océan. Il a rappelé que l’état de la mer était bas (calme). À environ 5-10 nm de l’AAV, le contrôleur lui a dit de « le sauter » et de retourner dans sa zone d’exploitation. Comme il était proche, il a choisi de survoler la perturbation de l’eau pour essayer d’en voir la cause. La perturbation semble avoir un diamètre de 50 à 100 mètres et être presque ronde. C’était la seule zone et le seul type d’activité en eaux vives qui pouvaient être vus et lui rappelaient des images de quelque chose submergeant rapidement de la surface, comme un sous-marin ou un navire en train de couler. Cela ressemblait également à une possible zone d’eau peu profonde où la houle se brisait sur un récif ou une île à peine submergé. Il survola la perturbation et rebroussa chemin vers le nord-ouest. Alors qu’il s’envolait, il voyait la perturbation se dissiper et ne parvenait plus à identifier l’endroit où elle se produisait. Il n’a vu aucun objet ou navire associé à la perturbation, que ce soit au-dessus de la surface, en surface ou sous la surface. Il n’a également jamais établi de contact visuel avec les autres avions de combat guidés vers l’emplacement ou avec l’AAV. Il est possible que la perturbation ait été causée par un AAV mais que l’AAV ait été « masqué » ou invisible à l’œil humain.

Le lieutenant Co Kurth s’est rétabli à bord du Nimitz à environ 1 200 L. Il s’est présenté au Carrier Intelligence Center (CVIC) et son officier du renseignement, le premier lieutenant _____, lui a demandé s’il avait vu le « Tic Tac supersonique » ? Nous avons maintenant interrogé le capitaine ______ pour déterminer s’il disposait d’informations supplémentaires, mais compte tenu de sa position au CVIC à l’époque, il n’était impliqué dans aucune autre discussion concernant l’AAV.

Interception et contact visuel du F/A-18F

Pilote FASTEAGLE 01 : CDR David ‘Sex’ Fravor, USN/WSO : LT.__________

Pilote FASTEAGLE 02 : LT.__________, USN/WSO : LCDR Jim « Clean » Slaight USN

CDR Fravor, commandant du VFA-41, était le pilote du FastEagle 01. Lui et le LT.__________ étaient dans l’avion de tête de la première section de F/A-18F en vol ce jour-là depuis le VFA-41, indicatif d’appel FastEagle 01. Le vol marché, démarré et lancé sans problème. Ils ont terminé leur départ de l’USS Nimitz et se sont envolés vers la zone de travail pour effectuer la partie formation du vol. Après avoir terminé leur formation, le contrôleur E-2C les a transférés à l’indicatif d’appel USS Princeton « Poison » où ils ont reçu des vecteurs via l’aspect d’altitude de portée de relèvement (BRAA) vers un contact inconnu volant dans la zone de travail en provenance du sud. Poison a demandé quelles munitions ils avaient à bord.

Le LT.__________ a déclaré à Poison Control qu’ils disposaient de deux AIM-9M d’entraînement captifs (CATM-9) et d’aucune autre munition.

Le vol est descendu entre 20 et 24 000 pieds et a procédé au contact. CDR Fravor n’a rappelé aucune indication via le capteur embarqué de l’objet. Leur avion ne transportait pas à bord de module FLIR (Forward Looking Infrared). Comme CDR Fravor s’en souvient, l’affichage de l’attaque radar était propre (pas de cible). Leur F/A-18F était équipé d’un radar APG-73 et était réglé sur les paramètres suivants : -Range While Search (RWS) -Range Gated High -80NM scale

CDR Fravor et le LT.__________ tentaient d’acquérir l’objet visuellement lorsqu’ils ont entendu le « complot de fusion » de Poison. La connaissance de la situation de l’objet a été initialement reçue via des pistes sporadiques Link-16 (Link-16 est une liaison de données à accès multiple par répartition dans le temps) via un capteur externe. Le LT.__________ a supposé que le capteur fournissant les informations était le radar SPY-1 de l’USS Princeton. Selon le CDR Fravor, la première indication qu’il a eue du contact inconnu a été un visuel d’une perturbation sur l’eau en dessous de l’AAV. En scannant la zone, il a obtenu un visuel de l’objet. Il est important de noter que lorsqu’on lui a demandé de décrire la perturbation sur l’eau, il a déclaré qu’elle était localisée sous l’objet, qu’elle n’apparaissait pas comme une traînée ou un sillage, et qu’elle ressemblait à des vagues mousseuses et à de l’écume presque comme si l’eau bouillait.

À ce stade, le CDR Fravor a détaché le FASTEAGLE 02, qui tenait à environ 20 000 pieds, et le FASTEAGLE 01 est descendu entre 12 et 16 000 pieds. CDR Fravor a tenté un « verrouillage du casque » qui n’a pas abouti. Il est important de noter que CDR Fravor utilisait le système de repérage conjoint monté sur casque qui indiquera aux capteurs de l’avion, tels que le radar, de se « verrouiller » sur ce que le pilote regarde et qui dispose également d’une capacité d’enregistrement. Cela a peut-être été utile dans cette situation, mais généralement, en raison des nombreux mouvements de tête, ce n’est pas pratique. CDR Fravor a déclaré que la capacité d’enregistrement du casque était rarement utilisée et qu’il n’avait donc pas pensé à l’utiliser ce jour-là.

Le LT.__________ a communiqué ce qu’il voyait avec Poison Control et a déclaré qu’il avait eu un dialogue en cours sur la radio inter-vol avec FastEagle 02. CDR Fravor a déclaré que l’objet « tenait comme un Harrier ». (En référence à l’avion à réaction AV-8l3, qui est capable de survoler et de décoller et atterrir verticalement/courts (V/STOL) via la vectorisation de poussée.) Selon CDR Fravor, la forme de l’objet ressemblait à un œuf allongé ou à un « Tic Tac ». ‘ et avait un axe horizontal médian discernable. Cependant, l’objet était uniformément blanc sur tout le corps. Il mesurait environ 46 pieds de long. LT.__________ l’a décrit comme « blanc uni, lisse, sans bords. Il était de couleur uniforme, sans nacelles, pylônes ou ailes. Lorsqu’on lui a demandé de décrire son apparence, s’il brillait ou reflétait la lumière du soleil, il a répondu : « ni l’un ni l’autre ne ressemblait à une coquille blanche enrobée de bonbon, presque comme un tableau blanc ». Son rapport diffère de celui du CDR Fravor en ce sens qu’il a signalé que l’objet se déplaçait à environ 500-1 000 pieds à environ 500 nœuds.

L’objet était pointé dans une orientation nord/sud et se déplaçait à la fois vers le nord et le sud et vers l’est et l’ouest, tout en maintenant une altitude constante. Ces déplacements, selon le CDR Fravor, étaient mineurs. CDR Fravor a déclaré qu’il avait alors commencé une descente avec l’intention de se rapprocher de l’objet pour tenter de l’identifier visuellement. Ils ont commencé la descente alors qu’ils roulaient à environ 10 000 pieds et à environ 350 nœuds pour rapprocher l’objet à bord. CDR Fravor a tiré le nez puis a tiré la traînée (vers l’arrière) de l’objet. Alors qu’ils manœuvraient, l’objet est apparu, selon le CDR Fravor : « pour nous reconnaître ». Il a évalué cela à partir du fait que l’objet « pointait » (réalignait son axe) en direction de leur avion. À ce moment-là, selon le CDR Fravor, la perturbation sur l’eau a cessé.

Alors qu’ils effectuaient cette manœuvre, l’objet montait rapidement et tirait le vecteur de portance sur et derrière eux à une vitesse supersonique. CDR Fravor a commandé le radar via le radar à courte portée et a demandé une photo de Poison. Poison a d’abord signalé que « l’image était nette » (pas de contact), mais a ensuite déclaré « vous n’allez pas le croire, c’est à votre CAP », ce qui signifie que l’AAV s’était rendu à leur CAP d’entraînement, qui était situé à l’extrémité sud. de la zone d’entraînement et avait grimpé à environ 24 000 pieds. Le CDR Fravor a déclaré que le vol avait tenté de localiser à la fois l’objet et la perturbation, sans succès. CDR Fravor a déclaré que rien n’avait été vu en surface ou sous la surface et qu’il n’y avait aucune indication de la perturbation précédente.

Après l’engagement, le vol a rejoint et est retourné à l’USS Nimitz. Lorsqu’on lui a demandé comment fonctionnaient les jets et s’il y avait des indications d’un dysfonctionnement du système, il a répondu que « les jets étaient neufs, datant de moins de 100 heures. sur eux. Ils fonctionnaient parfaitement. Lorsqu’on lui a demandé, le LT.__________ a déclaré que tous les systèmes de l’avion étaient fonctionnels. Qu’il n’y a eu aucun problème informatique de mission ou problème avionique et qu’il n’y a eu aucune interférence radio ou de communication et qu’ils avaient accès au réseau Link-16. Lorsqu’on lui a demandé, LT.__________ n’a pas pu confirmer des sentiments physiologiques ou psychologiques hors du commun.

Le vol a rencontré le vol du LT.__________ et du LT.__________ dans le parachute et a dépassé ce qu’ils avaient vu. Le vol s’est ensuite dirigé vers CVIC. Le LT.__________ a noté que les marins du CIVC avaient enfilé des casquettes en aluminium et voulaient en savoir plus sur le « vol d’OVNI ». Ils ont examiné les enregistrements et ont décrit au CIVC ce qu’ils avaient vu et ce que le vol avait fait. On ne lui a pas demandé de signer un accord de non-divulgation et il ne sait pas exactement jusqu’où le signalement est parvenu jusqu’à son commandant.

Suivi FLIR du F/A-18F

Pilote : LT.__________

USN/WSO : LT.__________ USN

Le LT.__________ était membre du VFA-41 et était l’officier des armes et des capteurs (WSO) volant avec le LT.__________. Ils faisaient partie de la deuxième section de F/A-18F en vol ce jour-là depuis le VFA-41. Leur vol a décollé suite au vol FASTEAGLE. Les équipages se sont parlé dans le paraloft, ont discuté de l’objet et du fait que les vols étaient programmés pour la même zone de travail. Le vol FASTEAGLE a informé le vol du LT.__________ de ce qu’il avait vu et lui a demandé d’essayer de voir et d’enregistrer ce qu’il pouvait.

Le vol a marché, démarré et lancé. Ils ont terminé leur départ de l’USS Nimitz, ont grimpé en altitude et se sont séparés pour commencer la partie entraînement du vol. D’après le LT.__________, c’était un temps clair. Il n’y avait pas de nuages ​​et on distinguait un horizon. Le temps était d’environ 1500L. Le vol a vérifié avec l’E-2C et s’est séparé. Leur avion s’est dirigé vers le sud jusqu’à la calotte sud. Ils volaient à 20 000 pieds et effectuaient un profil d’endurance maximal à une vitesse sol d’environ 300 nœuds.

Tous les systèmes à bord fonctionnaient normalement. Le radar était en mode de recherche standard (RWS/ 80NM/ 4bar/ intr) et la FLIR était en esclave L+S (la FLIR pointait en direction d’une piste radar L+S). Il n’y avait aucune interférence radio ou de communication et ils avaient accès au réseau Link-16. La première prise de conscience d’un objet est venue via le radar. Selon l’affichage radar, les trajectoires initiales se trouvaient à environ 30 à 40 nm au sud de l’avion. Le lieutenant_________ contrôlait le radar et le FLIR et a tenté à plusieurs reprises de faire passer le radar en mode Single Target Track (STT) sur l’objet. Le radar ne pouvait pas prendre de verrouillage, le balayage B quadrillait autour de l’impact, construisait un vecteur d’aspect initial (qui ne s’est jamais stabilisé), puis descendait et poursuivait le balayage B RWS normal. Lorsqu’on lui a demandé, le LT.__________ a déclaré qu’il n’y avait aucun signal de brouillage (stroboscope, bulles de champagne, « aucune indication EA normale »). Il « semblait simplement que le radar ne pouvait pas le pirater ». Le radar n’a pas pu recevoir suffisamment d’informations pour créer un seul fichier de suivi de cible. Le FLIR, en mode esclave L+S, pointait dans la direction de la trajectoire initiale alors que le radar tentait de se verrouiller. Le FLIR a montré un objet à 0 ATA et à une élévation d’environ -5 degrés (Figure 2). Selon le LT.__________ « la cible était la meilleure estimation à la co-altitude ou à quelques milliers de pieds en dessous », estimant l’objet entre 15 et 20 mille pieds. L’objet, selon le FLIR, semblait stationnaire (Figure 3). Il n’y a eu aucun mouvement perceptible de la part de l’objet, la seule fermeture étant le résultat du mouvement de l’avion. Alors que le LT.__________ observait l’objet, celui-ci a commencé à sortir du champ de vision FLIR vers la gauche. Le LT.__________ n’a fait aucune tentative pour faire pivoter le FUR et a par la suite perdu connaissance de la situation de l’objet. Le vol a poursuivi sa mission de formation sans autre contact avec l’objet.

Le LT.__________ a été clair dans la mesure où il ne pouvait pas confirmer qu’il s’agissait du même objet que celui décrit par le vol FASTEAGLE. Il n’a jamais eu de visuel, voyant seulement l’objet via le FLIR. Il a réaffirmé que tous les systèmes étaient fonctionnels.

Une fois la partie formation terminée, la section est retournée au navire pour une approche, un atterrissage et un arrêt normaux. L’équipage s’est réuni au CVIC et a fait un débriefing. Le LT.__________ a déclaré que la section du CIVC avait tenté de récupérer ses cassettes mais qu’il avait refusé. Ils se sont rendus dans leur salle de préparation où ils ont fait un débriefing avec le CDR Fravor et son vol. Des copies des bandes ont été réalisées et un ensemble a été transformé en section de renseignement. Il n’a pas été demandé au LT.__________ de signer un accord de non-divulgation et il ne sait pas exactement jusqu’où le signalement est parvenu jusqu’à son commandant. Lorsqu’on lui a demandé, LT.__________ n’a pas pu confirmer des sentiments physiologiques ou psychologiques hors du commun. Il a seulement exprimé un sentiment de confusion lors de l’événement.

USS Louisville (SSN-724)

L’USS Louisville USS Louisville (SSN-724) est un sous-marin nucléaire d’attaque rapide de la classe Los Angeles. Elle opérait à proximité de l’USS Nimitz dans le cadre du (356 lors de la détection et de l’interception de l’AAV. Selon l’ancien LT.__________ –

_ maintenant un civil travaillant pour l’US Navy, qui était un officier de sous-marin qualifié à bord du Louisville en novembre 2004, pendant l’activité de l’AAV, il n’y a eu aucun contact sonar non identifié à proximité des observations aériennes ou à tout moment pendant les opérations au large des côtes de Californie. . L’ancien commandant de l’USS Louisville, CAPT.______, a confirmé qu’il n’y avait eu aucune activité sous-marine anormale pendant cette période. Il y a eu un exercice de tir réel mené par l’USS Louisville pendant et à proximité des observations de l’AAV ; cependant, l’ arme utilisée ne correspondait pas au profil de vol ni aux caractéristiques visibles de l’AAV. De plus, tout tir réel aurait été coordonné dans tout le CSG et tout le trafic aérien aurait été bien conscient du lancement et du fonctionnement du système d’armes. Les avions n’auraient pas été guidés pour intercepter une arme américaine en vol.

Compte tenu de l’absence de détection de contacts sonar non identifiés, il est très improbable qu’un AAV ait fonctionné sous la surface de l’océan ; il est possible que l’AAV ait démontré sa capacité à être masqué ou invisible à l’œil humain sur la base du signalement par un pilote de la perturbation de l’eau sans engin visible ; D’après l’évaluation de M. _____, si l’AAV fonctionnait sous l’eau sans être détecté, il représenterait une capacité très avancée compte tenu de la capacité avancée de nos capteurs.

Leadership et reporting

En règle générale, la plupart, sinon la totalité, des rapports sur les activités aériennes liées aux missions CSG sont rédigés dans CVIC par le personnel du renseignement. Au moins un pilote ou un membre d’équipage de chaque vol ou aéronef s’arrêtera au CVIC pour être débriefé par les services de renseignement. Le personnel du renseignement prendra ensuite les informations fournies par le pilote ou le membre de l’équipage et remplira un rapport de mission (MISREP). Lors d’opérations d’urgence ou en temps de guerre, un MISREP est déposé même si l’équipage n’a rien d’important à signaler (NSTR).

Le 14 novembre, après l’interception de l’AAV, le CDR Fravor s’est présenté au CVIC pour faire un compte rendu avec les services de renseignement. Il a discuté de l’ensemble de la mission et du contact AAV avec LCDR_______, l’officier du renseignement de l’escadre aérienne du transporteur. Selon le LCDR______, « je ne savais pas trop quoi faire ». Il a également déclaré qu’ils « ne l’avaient pas pris au sérieux » au début ; cependant, ils n’avaient absolument aucune raison de remettre en question le rapport d’un commandant d’escadron F/A-18 très expérimenté et très respecté. LCDR_________ a ajouté qu’ils n’auraient probablement pas accordé autant d’attention si cela provenait d’un aviateur moins expérimenté. Il l’a signalé au commandant de l’escadre aérienne, CAPT___________ également un aviateur très expérimenté, mais il n’a pas pris cela très au sérieux. LCDR___________ a complété un MISREP par courrier électronique. Il a été soumis par courrier électronique car les F/A-18 étaient en mission de formation. Le rapport par courrier électronique comprenant la vidéo FLIR a été envoyé via un système sécurisé au CAPT__________ du 3rd Fleet Intelligence, leur commandement d’échelon supérieur. Finalement, LCDR_________ a admis et détaillé le niveau élevé de ridicule dont l’équipage a été victime au cours des semaines suivantes. Les détails suivants ont également été confirmés auprès de CAPT_________, l’officier supérieur du renseignement (N2) du CSG-11. Le capitaine ________ a confirmé que les dirigeants du CSG lui avaient demandé si des rapports supplémentaires étaient requis et il a indiqué que, puisqu’ils étaient dans un environnement de formation, un MISREP par courrier électronique à la 3e flotte N2 était le seul rapport requis. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait de l’AAV, il a répondu qu’il pensait qu’il faisait partie d’une opération antidrogue basée sur la zone d’opérations.

Renseignement de la 3e flotte (N2)

La 3ème Flotte N2 au moment de l’événement était CAPT_______ . CAPT_______a depuis pris sa retraite de la marine américaine et n’a pas pu être localisé ; cependant, son adjoint N2 était CAPT______CAPT__________ a confirmé que le MISREP a été reçu par courrier électronique vers le 14 novembre 2004. Étant donné que ce MISREP a été complété pendant la formation et la préparation au déploiement, il a été lu et accusé de réception par la flotte N2 mais n’a été transmis à personne en amont de la chaîne. de commandement. De plus, CAPT_________ a déclaré qu’il n’était probablement pas archivé mais supprimé plus tard car il n’y a aucune obligation de conserver ces rapports et qu’il était probablement dans un dossier avec tous les autres MISREPS de formation envoyés par le CSG pendant la préparation du déploiement.

Commandant du groupe aéronaval 11

Le commandant du groupe aéronaval Nimitz lors de l’interception était le contre-amiral DC Curtis, désormais vice-amiral (VADM) et commandant des forces navales de surface et de la force navale de surface de la flotte du Pacifique. Toute l’activité de l’AAV a été signalée au VADM Curtis par le commandant de l’USS Princeton et le commandant du VFA-41. Basé sur l’ensemble des conversations avec les personnes impliquées et entre les dirigeants des différents combattants au sein du CSG. Le VADM Curtis était un officier de marine très respecté, compétent et minutieux. Il ne fait aucun doute dans l’esprit de quiconque qu’il a suivi tous les règlements et directives applicables à son commandement.

Le capitaine ______était le directeur des opérations (N3) du CSG-11 au moment de l’interception. Le capitaine _______a confirmé qu’à part le MISREP, il n’y avait aucun autre rapport ou déclaration officiel du CSG. Il a également déclaré qu’à aucun moment ils n’ont considéré l’AAV comme une menace pour le groupement tactique. De plus, ils n’avaient aucune connaissance avancée des tirs réels, des tests d’armes américains ou de tout autre avion expérimental opérant dans la région. Finalement, ils n’avaient jamais rien vu de pareil auparavant et plus jamais.

L’amiral Peter Daly a pris le commandement du CSG en janvier 2005 après l’interception et n’avait aucune connaissance ni implication dans cet incident.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *